Nom/Prénom : ​​ Khasar Ejinn (anciennement K'ojih Tia)
Age : 29 ans
Taille : 203 cm
Race : Ao Ra Xaela (
anciennement Miqo'te du Soleil)
Classe : Dragonnier ou Chevalier Noir (à voir)

Caractère : Retenu, colérique, têtu, distrait, fénéant, loyal, sincère, attachant.

Histoire : 

a. Son passé : 


Je m'appelle K'ojih Tia. Ça se prononce "Kou'Ojih", mais Kôji suffira amplement.
J'arpente Eorzéa depuis bien longtemps maintenant.Je n'étais qu'un jeune lézard lorsque j'ai foulé de mon pied cette terre sauvage. Je suis arrivé par la mer, d'un endroit dont je ne me souviens même pas, débarquant à Limsa Lominsa excité de vivre de grandes aventures. Je sens encore l'odeur du sel, du poisson et les délicieuses vapeurs du Bismarck lorsque j'y pense.

Je voyagea seul un long moment, puis aux côtés d'amis m'ayant rejoins. Nous étions mercenaires, liés par le désir de conquérir. Malheureusement, nos routes se séparèrent lors de la bataille de Carteneaux. Dalamud tomba et libéra Bahamut, dévastant une bonne partie d'Eorzéa. Certains y perdirent la vie...

Après cela, j'aidai à la reconstruction du pays. Ce fût long et douloureux mais petit à petit Eorzéa se releva, offrant à nouveau aux aventuriers de quoi l'arpenter. Alors que je me reposais à la taverne du Dauphin Noyé, discutant avec Baderon de mon prochain mandat, une petite Miqo'te engagea la conversation. Elle était accompagné d'un Miqo'te de la Lune. Très grand, au regard calme mais acéré, le teint bleuté caractéristique de leur race et aux cheveux gris sombre. La Miqo'te se nommait Mistral Azura et son ami Sandh'ir. Ils étaient à la recherche d'un co-équipier et avouèrent qu'ils avaient entendu ma conversation avec le Chef de la Guilde des Aventuriers. Ils me proposèrent donc de les rejoindre, chose que je fîs.

Encore une fois, je parcouru le monde avec eux, terrassant les ennemis des plus profonds donjons. Sandh'ir était un réel compagnon d'armes. Toute bonne chose ayant une fin, la routine s'installa pour eux et ils décidèrent de renoncer à la vie d'aventurier quelques mois plus tard. 

Une Compagnie Libre au même moment recrutait. Une petite Ao Ra pleine de vie hurlait en mettant ses deux mains de part sa bouche au Glas des Revenants. je m'approchai d'elle et quand elle me remarqua, elle me salua de son plus beau sourire. On discuta longtemps, d'elle, de moi et de la Compagnie Libre. Si longtemps que cela se termina à la taverne. Elle s'appelait Koolye Kepit'a et se chargeait du recrutement pour les AD Victoriam. Leur chef était une Miqo'te du Soleil très noble du nom d'Alicia Deordalys. Ils m'accueillir chez eux après une semaine de test en tant que recrue. Au même moment, le Labyrinthe de Bahamut apparut, menaçant le pays à nouveau. Nous l'avons longtemps visiter, battant ses premières monstruosités avec courage et ambition. Les Primordiaux se déchaînaient à la surface et à chaque appel nous étions là. De nouveaux donjons, mystérieux, dangereux étaient découverts et nous étions là pour les visiter. Ce fût mes plus beaux souvenirs lorsque Léviathan nous emporta tous...

Je me suis réveillé de ce déluge il y a un quelques mois. Perdu dans ce qu'Eorzéa était devenue, je repris petit à petit du service. Je n'entendis plus parler de la Compagnie des ADVictoriam. Koolye était encore plongée dans un profond coma, j'étais à nouveau seul. 

De retour à Limsa Lominsa, je tomba sur une Miqo'te voulant attraper un postier Mog. Elle avait déjà rallier 2 autres gens à sa cause. Trouvant le trio farfelu, je décida de les suivre et de les aider. Fin de journée, on attrapa le postier, lui vola ses cupcakes et de retour à la taverne du Glas, nous avons fêter cela comme il se doit.

Entre rires et chansons, nous avons fondés Moogle Cupcake, notre propre Compagnie Libre. Une Compagnie qui allait devenir mon nouveau chez moi.

Peu de temps après la création de la compagnie, les allées et venues d'aventuriers se firent nombreuses. Peu restèrent...

Alors que je croulais sous les papiers et l'administration, Alicia refit surface d'on ne sait où et décida de m'aider. Cela était sans doute dû à la tonne de livres de comptes, de papiers officiels et de café entassés dans ma chambre qu'elle s'était doutée que je ne m'en sortais pas. Elle non plus n'avait plus nul part ou aller. A nous deux, nous avons donc relevé la compagnie, bâtit une maison et rallier quelques aventuriers de confiance qui allaient devenir des membres importants de notre petite famille.

Alors que je me rendais à Uld'ah pour voir l'état de Koolye, j'appris qu'elle s'était réveillée et avait disparue. En discutant avec Momodi, la tenancière de l'Auberge des Sables, elle m'informa qu'une activité assez louche était en pleine expansion dans les rues sombres d'Ul'dah et qu'on disait qu'elle était tenue par une Ao Ra démoniaque. Une Ao Ra ne courant pas les déserts uldiens, le sentiment qu'il s'agissait de Koolye me prenait au ventre... Mais pourquoi démoniaque ?

Après quelques jours à fouiner dans les affaires sales de la cité commerçante, je tomba nez à nez avec ladite Ao Ra, qui confirma mon intuition. De toute évidence elle ne me reconnaissait pas et avait gagner un sale caractère, d'où l'attribution de l'adjectif "démoniaque" sans doutes. Elle trempait en plein dans les trafics de poils de lainuche dont Momodi m'avait parlé. Après lui avoir agrippé le bras je lui ai hurlé dessus... Peut être un peu trop fort vu la claque cinglante que je me suis pris juste après. Elle s'en alla en jetant un dernier regard sur moi, hésitante. J'eu l'impression à ce moment-là qu'elle ne m'avait pas totalement oublié. Son état étant flou pour moi et inquiet à son sujet je l'ai donc suivis. Comme je ne suis pas très doué pour le camouflage je fîs du mieux que je pû pour ne pas qu'elle me remarque même si je pense qu'elle savait très bien que je la suivais.
Comme je l'imaginais elle se retrouva très vite en mauvaise posture, à fanfaronner devant un espèce de mastodonte Hyurgoth. Avant qu'il ne lui arrive quelque chose j'ai préféré intervenir. Puis engueuler la mademoiselle de façon publique cette fois, histoire de lui donner une leçon.

Après une longue discussion avec elle, elle accepta de rejoindre ma compagnie libre sous deux conditions : pouvoir continuer son trafic et s'enrichir et que j'accueille une de ses connaissances du nom de Melycendre... C'était plus simple pour moi de la protéger et de la surveiller comme ça, ainsi que de l'avoir à mes côtés...

Alicia parut étonnée de la revoir aussi changée. Elle m'informa quelle étudierait avec beaucoup d'intérêt ce "cas". Je ne sais pas si je dois en avoir peur ou pas...

La compagnie commençant à vivre de bon train, nous partîme souvent après cela en donjons, parcourir les plaines et nous impliquer sur les différentes affaires qu'Eorzea nous offrais. C'est à ce moment-là que je rencontrais Roshark Siger. Une sorte de bulldozer Kobold boosté aux Ethers garlemaldais. Aux premiers abords, je le trouvais rustre et il me désespérait à hurler, hache à la main à foncer dans des tas de monstres... Jusqu'au moment ou à trop vouloir protéger Koolye, c'est à moi que je ne faisais plus attention.
Il me sauva la vie sur un combat contre Ferdiad dans les confins du Château d'Amdapor. Son air béta à cet instant avait laisser place à une détermination sans faille dans son regard et je compris qu'il y avait autre chose que de la simplicité d'esprit sous cette masse musculaire.
Je lui proposais à la fin du combat de rejoindre ma compagnie sur un coup de tête, mon instinct ne m'ayant jamais trompé sur une personne. Il accepta en souriant.

Il me raconta son histoire quelques temps après. Sans rien dire j'acquiescais et commençais à l'apprécier.
 


b. Actuellement : 

Actuellement je suis marié à Koolye et nous dirigeons la compagnie libre. Malgré nos caractères explosifs nous nous entendons bien... la plupart du temps. Roshark protège sa famille avec force et Alicia me court toujours après quand il manque des sous dans le coffre de guilde. D'autres personnes qui me sont chères à présent on rejoint notre guilde et nous parcourons Eorzea en nous entraidant. J'ai toujours un sale caractère, mais les gens m'ont acceptés avec, c'est le plus important.